Afrique France Langue serpentine Politique

NANA AKUFO ADDO NOUVEAU SANKARA

 Le chef d’ État ghanéen  Nana Akufo Addo est sur tous les fronts de l’actualité. C’est lui qui est allé au Togo pour aller descendre les poubelles de Faure Gnassingbe dans son pays  transformé en sacré bordel avec des manifestations qui se succèdent comme dans un moulin à vent. À peine revenu de sa mission de pompier de service, c’est encore lui qui préside ce mercredi 21 février la réunion de la CEDEAO à Accra sur le processus de la création de la monnaie unique.

Contrairement aux autres chefs d’États africains réduits aux rôles subalternes de concierges de comptoirs de la monnaie coloniale qu’ est le franc CFA, le chef d’État ghanéen lui, a une feuille de route pour la création effective d’une monnaie commune d’ici à 2020. Il a convoqué à Accra Ouattara est ses frères Dalton, enfants de choeur de la France à temps plein.

Après Kwame N’Krumah inspirateur du panafricanisme, le Ghana retrouve un dirigeant charismatique qui peut porter la voix du continent noir devant. À la manière d’un seul rayon de soleil au milieu d’une salle noire et moisie, Nana Akufo Addo avait fait un discours époustouflant devant Macron à Dakar, avec un talent oratoire et gestuel à la hauteur de son ancêtre ghanéen Kwame Nkrumah, de Thomas Sankara, voire Kadhafi. Contrairement aux dirigeants africains qui vont s’aligner tels des préadolescents pour demander la charité et des prêts aux roublards occidentaux, Nana Akufo Addo a plutôt décidé de dire non au FMI.

L’Afrique ne fait pas pitié, mais doit être respectée, tel est le crédo de la dignité du continent berceau de l’humanité   que veut restaurer ce vrai panafricaniste sorti des urnes du Ghana, si différent de ces panafricons non élus  de l’ Afrique francophone, agents secrets de leurs ancêtres  Gaulois, qui se meuvent dans les vestes- cravates tels de gringalets chimpanzés  au milieu de la faune, et qui maintiennent l’ Afrique dans la position d’un continent d’esclaves incapables de s’affranchir des chaînes d’une monnaie de singes. Comme le disait I. Silone:《le dirigeant  qui lutte pour ce qu’il croit juste est un homme libre. On ne va pas mendier la liberté aux autres. La liberté,il faut la prendre 》.

J. RÉMY NGONO

 

Commentaires

Articles Similaires