Accusé levez-vous Afrique Opinion

MAURICE KAMTO, LE MEILLEUR ÉLÈVE DE BIYA, ACHÈTE LES MILITATS AU MARCHÉ POUR 2000 FCFA

Dans l’assaut du département du Noun, les Bamum qui ont accepté venir au meeting du professeur Maurice Kamto, président du  MRC, et candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2018, ont reçu chacun 2000 Francs CFA et ont encouragé donc l’instance dirigeante de ce parti à multiplier ce genre de descente sur le terrain.

Permettez- moi de commencer cette tribune en félicitant le maire de la commune rurale de Malantouen, ses conseillers municipaux et surtout toute la population de la cité des Palmiers pour leur accueil très chaleureux de cette nouvelle offre politique.

C’est entre New York et Washington que j’ai appris avec un très grand intérêt le passage du Pr. Maurice Kamto à Malantouen pour proposer son offre politique et sa vision idéologique à nos populations locales. J’ai donc le plaisir de réaliser l’intérêt soudaine mais très récente que l’instance dirigeante du MRC a eu pour notre ville. Je remercie au passage le générosité du leader du MRC pour les 2000 Francs CFA distribués à nos pompistes, nos benskineurs, buy and sellam et quelques curieux du marché de Malantouen afin qu’ils participent à ce meeting improvisé en plein marché de Malantouen. Cet argent a d’ailleurs beaucoup aidé les membres des associations Pouakono de L’UDC pour payer leur 100 francs de contribution de la semaine pour animer nos activités politiques!

Je souhaite donc la bienvenue à la compétition politique au MRC dans la ville de Malantouen qui est très ouverte à la concurrence depuis 1991. Le SDF y était solidement implanté. Cela aide beaucoup à la vitalité de nos idées politiques. Malantouen a toujours été cette terre d’accueil qui a accepté toutes les communautés ethniques de notre pays sans discrimination aucune. La preuve, certains de nos enseignants d’origine Bamileke s’y sont implantés définitivement et sont devenus des NJI et vaquent à leurs occupations sans xénophobie aucune. Le Pr. Kamto est donc chez lui à Malantouen. C’est d’ailleurs à son honneur parce que je n’ai jamais vu Paul Biya descendre sur le terrain à Malantouen.

J’écris donc cette lettre ouverte à mes camarades de L’UDC pour d’une part les féliciter d’appliquer à la lettre l’idéologie de la nouvelle éthique prêchée par le président National de L’UDC, le Dr. Adamou Ndam Njoya qui encourage la concurrence politique et qui prescrit le respect de la diversité, la tolérance et surtout le pardon. Les vrais militants de l’UDC sont incorruptibles. Voilà pourquoi, ces militants m’ont chargé d’encourager l’instance dirigeante du MRC de venir partager son argent à Malantouen et de s’étonner où les « opposants » qui n’ont pas le budget de l’Etat trouvent tout cet argent pour distribuer dans nos marchés. Ceci parce que, de toute leur lutte politique depuis les années 1990, la seule personnalité politique qui distribuait autant d’argent lors des meetings politiques à Malantouen était le redoutable Jean Fochive du RDPC. Même le SDF de NI JOHN FRU NDI très populaire à Malantouen, n’avait distribué autant de sous.

Permettez- moi également professeur, de vous remercier solennellement, d’avoir recruté l’ex- maire de notre commune, M. Mbouombouo Aliyou, à qui l’UDC avait confié les clefs de la ville pendant 17 ans. Lorsque ce dernier a démocratiquement perdu ce poste, il a d’abord rejoint les rangs de nos adversaires du RDPC pour tenter de retourner sa mairie dans les colonnes du RDPC. Durant les élections municipales et sénatoriales de 2013, M. Mbouombouo Aliyou a voté pour le RDPC et contre L’UDC qui lui avait  pourtant confié la mairie de Malantouen pendant 17 ans. Nous sommes donc plutôt ravis qu’il ait pu vous convaincre de devenir militant du MRC. C’est notre souhait qu’il soit votre tête de liste MRC à Malantouen pour nous aider à galvaniser la base de L’UDC pour lui infliger une lourde perte dans les urnes parce que c’est comme ça que nous tranchons nos contentieux dans la cité des Palmiers.

Je partage entièrement votre sentiment lorsque vous déclarez : « Je ne suis pas venu créer un comptoir des négociations politiques, je ne suis pas venu chercher la première place de leader d’opposition, je suis venu gagner pour construire un Cameroun de justice pour tous. »

Je suis tout de même largué lorsque vous embrayez en affirmant: « Mes adversaires ne sont pas les leaders de l’opposition, mon adversaire c’est le candidat du Rdpc que nous devons gagner le 07 octobre 2018 ». Sauf que votre nouvelle  recrue qui est l’ex officier de notre commune pendant 17 longues années, a juré d’humilier l’UDC et son président national à travers les « leçons de stratégie politique » qu’il se vente d’avoir acquises de vous. C’est très ironique ce genre de déclaration pour notre ex camarade qui n’ignore pas qu’il fut débarqué à travers une élection transparente dans la ville acquise par L’UDC de très haute lutte. Il n’ignore pas non plus que L’UDC reste le laboratoire des idées politiques et a connu des cas de manque de conviction qui ont forcé des militants à la transhumance politique pour le résultat que nous connaissons. Le Cameroun ne peut jamais avancer avec des opportunistes d’une telle nature prêts à vendre leur conscience et sacrifier au passage l’intérêt général.

Nous avons une tradition politique bien différente à L’UDC où notre éthique républicaine déconseille vivement l’achat des consciences de nos militants, la corruption et le détournement des fonds publics. Notre ex camarade et ex maire doit interpeler le tribunal de sa propre conscience pour nous démontrer s’il a été un bon exemple en ce qui concerne ces valeurs éthiques. Voilà l’unique raison pour laquelle les populations de Malantouen lui ont retiré sa confiance. L’UDC ne prendra jamais la ville de Malantouen pour acquise et la défendra de manière très féroce. Quand on a prêté le serment de sortir nos population de la pauvreté, il n’y a aucune raison de confier leur destin à des aventuriers politiques opportunistes qui attendent la première occasion pour vendre leurs suffrages aux plus offrants.

Si le Pr. Kamto est « notre sauveur » comme le scandait la sulfureuse maire de Douala Ve, la feu madame FONING du RDPC, les populations de Malantouen l’attendent au pied du mur et souhaitent au MRC tout le bonheur dans leur ville. Ils saluent au passage les travaux colossaux qu’abat le maire actuel, M. Ndapoyouone Ibrahim.

L’UDC continuera à encourager un univers de cohabitation pacifique pour donner toutes les chances à l’opposition d’être un cadre républicain qui œuvre pour le changement dans une ambiance de fair play et de tolérance de la diversité d’opinion à Malantouen et au delà. Nous invitons le MRC d’organiser ses prochains meetings au stade municipal de Malantouen pour apprécier vraiment son poids politique sur place, parce qu’aucune offre politique dans un marché comme à Mokolo ne saurait permettre de juger vraiment de l’adhésion et de la pertinence de notre offre politique.

L’UDC accueille donc solennellement le MRC dans la bataille politique à Malantouen. Ce sera une chance de plus pour confronter nos offres politiques respectives dans la paix et le respect mutuel parce que notre véritable adversaire politique c’est le RDPC. L’UDC se bat pour donner de l’espoir aux Camerounais et non chercher à recruter les leaders politiques au sein d’autres partis politiques. On se souvient du retournement spectaculaire du militant du SDF, M. Célestin Djamen, du commandant Woungli Massaga. De telles relations de circonstance ont très peu de chance d’asseoir des convictions politiques.

L’UDC croit que l’opposition peut travailler en équipe avec des Camerounais qui ont des convictions politiques même appartenant à des formations politiques différentes. Le pacte républicain proposé à l’école de l’éthique participe de cet effort pour permettre aux Camerounais d’avoir des convictions politiques d’abord au sein d’un parti politique avant de participer au travail en équipe au sein du « pacte républicain » favorable aux révisons du cadre législatif pour doter notre pays d’institutions fortes. C’est cela la vision de l’UDC qui n’envisage pas détruire les autres formations politiques. C’est ainsi que nous avons pu élire Jean Jacques Ekindi comme maire, pourtant il est du MP. C’est ainsi que nous avons élu Kah Walah au CPP comme conseiller municipal à Douala. Même madame Sandjo actuellement en campagne pour Me Akere Muna a travaillé avec l’UDC dans le cadre du pacte républicain.

Voilà pourquoi à L’UDC nous observons , très amusés, toutes les tractations pouvant aboutir au changement. Les nombreuses trahisons de ce genre ne peuvent créer un climat de confiance, mais nous avançons conscients que nous apporterons le changement dans la paix et le consensus.

Laziz Nchare.

Commentaires

Articles Similaires