Afrique Monde Politique

KOFFI ANAN MEURT À 80 ANS, PAUL BIYA CANDIDAT À SA PROPRE SUCCESSION À 86 AND

“C’est avec la plus grande consternation que je vous annonce la mort de l’ancien secrétaire général de l’ONU et prix Nobel de la paix KOFFI ANAN. Décès survenu ce samedi 18 Août suite dune courte maladie”, vient de déclarer sa femme Nane Lagergren. Né le 8 avril 1938 à Kumasi, il est décédé dans un hôpital de Genève.

De nationalité ghanéenne, après son obtention du diplôme de maîtrise en sciences de gestion au Massachuetts Institute of Technology, Koffi Anan est embauché par l’OMS en 1962. Après avoir été sous-secrétaire général de l’ONU en 1993, il commence son mandat de secrétaire général le 1er janvier 1997.

Jamais il n’aura eu froid aux yeux pour fustiger les grandes puissances et les chefs d’État africains voulant mourir au pouvoir. Dans son discours de 2006, il s’en prend violemment aux États Unis leur demandant de respecter les droits de l’homme et répète: ” La responsabilité des grands États est de servir et non pas de dominer”.

Prix Nobel de la paix le 10 décembre 2001, président de l’Alliance pour la Révolution Verte en Afrique en 2007, président de la Fondation de Soutien à l’Organisation Mondiale contre la Torture regroupant 282 membres dans 92 pays, président de l’African Progress Panel rassemblant des personnalités comme Tony Blair, membre d’honneur de la Fondation Chirac, membre du groupe Global Elders parmi les sages comme Mandela, Koffi Anan aurait pu devenir chef d’État au Ghana. Mais il a refusé de se présenter.

Nommé le 23 février 2012 au poste d’emissaire de l’ONU et de la Ligue arabe pour la crise en Syrie, il annonce sa démission le 2 août 2012. Il avait également proposé à Robert Mugabe de démissionner et non de se faire humilier en se faisant éjecter plus tard. Le vieux Bob ne l’avait pas écouté, et c’est malheureusement ce qui lui est arrivé. Son dernier message est celui adressé à la jeunesse africaine de ne plus voter pour les candidats de plus de 70 ans. Il avait raison, puisque lui-même vient de s’en aller pour l’éternité à 80 ans dans un hôpital de Genève  , au moment où Paul Biya se trouve également à Genève pour se reposer à l’hôtel Intercontinental et se revitaliser dans les hôpitaux avant de briguer son septième mandat à 86 ans. Comme l’écrivait Voltaire à un vieil ami le 1 er juin 1731: 《 Les vieillards qui forcent à marcher ont toujours un pied dans le cerceuil, l’autre faisant des gambades》.

J. RÉMY NGONO

Commentaires

Articles Similaires