Langue serpentine

LA DIASPORA SÉNÉGALAISE EST LA PLUS UTILE D’AFRIQUE FRANCOPHONE

Le Nigeria est le pays d’Afrique subsaharienne qui a reçu le plus de fonds envoyés par les migrants en 2017, selon un rapport publié le 22 avril par la Banque mondiale. Le pays le plus peuplé du continent a reçu 22 milliards de dollars durant l’année écoulée selon le rapport intitulé «Migrations et envois de fonds : développement récents et perspectives» (Migration and Remittances: Recent developments and Outlook).

L’Egypte arrive en deuxième position avec 20 milliards de dollars, tandis que le Maroc occupe la troisième marche du podium avec 7,5 milliards de dollars.

Dans la zone franc CFA,  la diaspora sénégalaise arrive en première position et  4 ème sur le plan continental à égalité avec le Ghana. Les Sénégalais de la diaspora ont fait les transferts d’un montant de 2,2 milliards de dollars pour leur pays d’origine, soit 1201 milliards 201 millions de francs CFA . La plupart des Sénégalais de la diaspora jouissent de la nationalité française, mais cela n’empêche qu’ils soient reconnus comme Sénégalais à part entière dans leur pays d’origine, entrent comme ils veulent, repartent en France quand ils veulent, investissent au Sénégal comme ils peuvent. Les Maliens de la diaspora ont envoyés chez eux plus d’1 milliard de dollars, pendant  que les Burkinabè ont transféré 400 millions de dollars. Tous ces pays sont situés en Afrique de l’Ouest où la diaspora n’est pas discriminée, où on est conscient que ceux qui sont partis travailler à l’étranger sont des ambassadeurs qui contribuent aux aides familiales et au développement de la nation.

C’est aussi la même chose avec les pays du Maghreb comme l’Algérie dont la diaspora a fait des transferts de 2,1 milliards de dollars. Les Algériens sont remplis en France, ont des passeports français, mais vont au stade avec les drapeaux algériens, accrochent les drapeaux algériens devant leurs maisons à Paris et partout où ils habitent , mais sont accueillis comme des Algériens à part entière en Algérie où ils investissent. Les Tunisiens ont transféré 1 milliard 900 millions de dollars.

Il y a également  les pays de culture anglophone comme le Ghana dont les ressortissants ont transféré 2 milliards de dollars,  le Kenya (2 milliards),  l’Ouganda (1,4 milliard), l’Afrique du Sud (0,9 milliard), l’Ethiopie (0,8 milliard), le Liberia (0,6 milliard).

Le rapport publié en marge des Assemblées de printemps du groupe de la Banque mondiale et du FMI souligne d’autre part que les transferts des migrants représentent une part particulièrement importante du PIB du Libéria (27%), des Comores (21%), de la Gambie (21%), du Lesotho (15%), du Sénégal (14%) et du Cap-Vert (13%).

Globalement, les transferts des fonds des migrants vers l’ensemble des pays d’Afrique subsaharienne sont passés de 34 milliards de dollars en 2016 à 38 milliards de dollars en 2017.

Aucun pays d’Afrique centrale n’entre dans ce classement, puisque les ressortissants de ces pays sont considérés comme des étrangers d’origine. Ils n’ont même pas droit au vote. Quand ils obtiennent une deuxième nationalité qui leur permet de travailler, ils sont méprisés dans les consulats et ambassades de leur pays d’origine pour obtenir un visa. Impossible d’obtenir un titre foncier. Même Samuel Eto’o qui a voulu monter des projets au Cameroun, a été bloqué. Pendant ce temps, les mêmes dirigeants qui refusent la double nationalité à leurs compatriotes épousent les françaises pour obtenir la nationalité française, leurs conseillers sont Français, les entraîneurs de football qu’ils recrutent sont Français, ils mangent français, boivent du vin Bordeaux français, s’habillent français, lisent français, écoutent les classiques français, ne parlent que français, disposent des comptes bancaires dans les établissements français.

Rien que les petits 585 milliards de francs CFA envoyés par la diaspora camerounaise l’année dernière,  représentent le budget de toutes les infrastructures de la CAN 2019. Or, le gouvernement camerounais est parti s’agenouiller devant les bailleurs de fonds pour mendier les prêts. Rien que l’argent envoyé par la diaspora camerounaise en trois ans aurait pu construire toutes les autoroutes de l’étendue du territoire  dont le gouvernement est incapable de construire une seule depuis  36 ans. Et quand Akere Muna, candidat à l’élection présidentielle promet la double nationalité et vient rencontrer la diaspora camerounaise éparpillée en Europe , les détracteurs lui disent que tout se passe sur place  au pays.

Aucune grande puissance ne s’est développée sans sa diaspora. Aucun pays démocratique au monde n’a organisé une élection sans la participation de ses ressortissants à l’étranger. Dans le ” Manifeste du parti communiste ” de 1848 de Karl Marx et Friedrich Engels, il est  écrit: 《 les ouvriers n’ont pas de patrie》. Un sélectionneur français qui entraîne une équipe africaine va-t-il cesser d’être Français? Didier Drogba qui a la nationalité française n’a-t-il pas déjà investi en Côte d’Ivoire et construit des hôpitaux? Yannick Noa qui est né et a grandi à Yaoundé, qui vient travailler gratuitement pour les Lions Indomptables, est-il moins patriote  qu’un ministre milliardaire qui pille les caisses de l’État en prétendant qu’il travaille pour son pays?

Nul ne peut prétendre aimer son pays parce qu’il reste sur place. Nul ne peut priver quelqu’un des droits de son pays sous prétexte qu’il travaille à l’étranger ou a la double nationalité . Comme le disait Jules Renard en 1901: 《 Mon pays, c’est où passent les plus beaux nuages 》.

J. RÉMY NGONO

Commentaires

Articles Similaires