Accusé levez-vous Afrique Monde

UN CHERCHEUR CONGOLAIS EMPOISONNÉ POUR AVOIR DÉCOUVERT LA PLANTE QUI SOIGNE LE PALUDISME

Jérôme Munyangi, célèbre médecin-chercheur congolais, aurait été empoisonné  au Maniema. Il est l’ennemi des industries pharmaceutiques qui s’enrichissent en Afrique grâce au business du paludisme. Il est aussi persécuté par l’organisation Mondiale de la Santé pour avoir découvert que l’artemisa, une plante que chaque africain peut se procurer sans dépenser un centime, soignait la malaria, la maladie la plus infectieuse du monde, qui décime les populations du continent noir.

Une équipe de médecins du RDCongo, avec en tête Jérôme Munyangi et Michel Idumbo, ont mené des essais cliniques randomisés à grande échelle dans la province de Maniema avec la participation de quelque 1000 patients infectés par le paludisme.

Les essais ont été menés conformément aux procédures de l’OMS et ont comparé Artemisia annua et Artemisia afra avec des ACT (Coartem et ASAQ). Pour tous les paramètres testés, le traitement à base de plantes était significativement meilleur que les ACT: élimination plus rapide de la fièvre et de la parasitémie, absence de parasites au jour 28 pour 99,5% des traitements Artemisia et 79,5% seulement pour les traitements ACT. Une absence totale d’effets secondaires était évidente pour les traitements avec les plantes, mais pour les 498 patients traités par ACT, 210 souffraient de diarrhée et / ou de nausées, de prurit, d’hypoglycémie, etc. L’efficacité était équivalente pour Artemisia annua et Artemisia afra. Plus important encore est l’observation de l’absence totale de gamétocytes après 7 jours de traitement avec l’herbe. Un espoir formidable pour l’éradication du paludisme.

 

Les résultats ont été communiqués aux autorités sanitaires locales et aux Ministères de la Santé et de la Recherche du RDCongo qui ont soutenu ces essais. Une Américaine professeure de biologie, Pamela Weathers, avait aussi conduit en 2017 des études sur cette plante en se rendant en RDC et poursuivre les recherches aux États-Unis. En quelques jours, son équipe et elles affirment avoir guéri 18 malades atteints de malaria grâce à quelques grammes de feuilles séchées. La plante est connue depuis des décennies en Afrique de l’Est où elle pousse sur les hauts plateaux. Les populations locales la prennent sous forme de tisane, et le paludisme y a complètement disparu. Mais l’ OMS refuse de reconnaître cette plante sous prétexte qu’elle présenterait des effets secondaires.

Dans le documentaire ” Malaria business ”  , la star de la musique française Stromae témoigne plutôt que lors de sa tournée en Afrique en 2015, il souffrait des crises d’angoisse à cause d’un traité antipaludique qu’il s’était procuré en France. Ce sont donc les produits pharmaceutiques des pays occidentaux qui ont des effets secondaires, mais l’ OMS  valide leur prise pour les patients africains. Entre les effets secondaires et laisser mourir près de 500 000 Africains par an, l’OMS a fait son choix depuis 2010 où elle bloque les recherches de la médecine traditionnelle en Afrique.

La Rédaction

Commentaires

Articles Similaires