Accusé levez-vous Politique

LETTRE OUVERTE AU CONTRE-AMIRAL JOSEPH FOUDA, CONSEILLER SPÉCIAL DE PAUL BIYA

 

Monsieur le Contre-amiral ,
Dans nos traditions, on dit que le linge sale se lave en famille. Or le linge sale de la Mefou-Akono dont vous êtes originaire comme moi, se lave dans les eaux boueuses de Camwater et s’étale sur le podium du grand banditisme. Quand on regarde les nouvelles stars de la saison des oscars de la prison centrale de Yaoundé qui viennent de rejoindre au haut de l’affiche du haut vol où se trouve Atangana Mebara ancien secrétaire général à la présidence de la République, on retrouve Basile Atangana Kouna, Willian Sollo, Dieudonné Oyono, Augustin Mboudou, Serge Raffic, etc. On croirait que les ressortissants de la Mefou-Akono sont tous issus d’ un foyer de délinquants. Cependant, Marie Thérèse Ondoa ministre de la Promotion de la Femme, Gaston Eloundou Essomba ministre de l’Eau et de l’Énergie, sont dans le gouvernement grâce à vous, conseiller spécial et homme de confiance de Paul Biya. Est-ce un destin hasardeux que dans un grand département comme la Mefou-Akono, que tous les ministres soient issus de votre seule famille Mvog Fouda?

Le 11 mars 2011, Paul Biya vous a promu général et vous à nommé au poste de conseiller spécial le 9 décembre 2011. C’est vous qui portez sa mallette d’argent quand il se déplace. C’est vous seul qui soufflez dans son oreille et marchez à côté de lui. C’est vous aussi qui déclenchez le rouleau compresseur pour écraser n’importe qui. Et c’est par vous que votre ami Laurent Esso passe pour régler les comptes à ses rivaux à la succession du souverain que vous servez. Habillé souvent en blanc et arborant parfois les gants, vous avez déclenché l’opération d’arrestations des malpropres de la Camerounaise Des Eaux alors que vous-même et Laurent Esso êtes des actionnaires derrière cet écran de fumée qui a avalé des montagnes de milliards. Maintenant, Paul Biya a demandé à la justice de surseoir les arrestations, puisque les enquêtes révèlent que vous êtes trempé dans la boue de cette mafieuse CDE avec le ministre de la Justice Laurent Esso et l’ancien Premier ministre Peter Mafany Mussongue. C’est cela qui est grave: vous avez jeté l’opprobre sur les élites de votre département, tout en communiant avec les crocodiles des marécages du régime, et en présentant votre famille Mvog Fouda comme la lune.

Monsieur le Contre- amiral, en tant que marin de formation, vous savez que les gros poissons mangent les petits poissons. Et vous en êtes coutumier dans votre aquarium gouvernemental. Cependant, vous n’avez pas retenu la leçon de la mort de votre fils Willian Fouda qui a été assassiné par d’autres gros poissons qui vous en veulent pour vos combines cousues de fil blanc. Le 3 avril 2015, le cadavre de votre fils aîné Willian Fouda a été découvert sur les rails avec les mains et les oreilles tailladées. Un de ses pied était coupé. Il n’y avait pas de sang où gisait le corps, ce qui veut dire qu’il a été assassiné ailleurs par des professionnels qui sont venus balancer le corps à cet endroit. C’était donc un règlement de corps pour vous faire mal, puisque votre fils n’avait aucun ennemi qui en voulait à sa vie. Mais vous, officier supérieur de votre état, avez fait arrêter deux jeunes de 21 ans et 22 ans pour leur attribuer ce crime. Et jusqu’à ce jour, ils sont en prison, sans jugement, sur 《 haute recommandation du conseiller spécial du chef de l’État et Contre-Amiral》.

Le soir de son assassinat, votre fils Willian était chez Leslie, une de ses maîtresses au quartier Nkoldongo. Et c’est lui-même qui avait fait appel à son ami depuis 11 ans, Paul Eddy Tsoungui et son frère Melchior Boittiaux Manga. Les deux jeunes sont rentrés dormir chez eux et votre fils a pris la direction de sa maison pour rejoindre son épouse .

Pour quel intérêt ces jeunes qui n’avaient ni armes, ni moyens pouvaient-Ils assassiner leur ami et bienfaiteur qu’ils considéraient comme leur grand-frère de 8 ans? Pourquoi n’ont-ils pas pris fuite et abandonné chez eux après le crime ? Eux civils étaient -ils capables de s’attaquer à Willian Fouda, commando antiterroriste du Bataillon Mobile d’Intervention, chargé de la sécurité du chef de l’État?

Votre fils a été sacrifié selon un rituel satanique dont vous connaissez parfaitement les symboles. Mais pour vous dépêtrer des histoires de secrets d’alcôves de votre entourage, vous avez braqué les phares sur deux enfants d’autrui qui n’ont pas le sang dans les mains. Ils ont été torturés et enfermés dans l’obscurité, durant un mois au sous-sol de la gendarmerie. Ils étaient menottés aux bras et portaient des lourdes chaînes avec les cadenas aux pieds. Ils faisaient tous les besoins sur place et dormaient au milieu d’excréments par terre, sans matelas, ni draps. Vos tortionnaires tiraient leurs testicules et enfonçaient les doigts dans leurs fesses.

Depuis trois ans, ils sont sans jugement sur haute recommandation de votre ami Laurent Esso. Depuis deux ans, Paul Eddy Tsoungui souffre d’une maladie cardiaque alors que son frère Melchior Manga Boittiaux a perdu l’ouïe. Mais vous tout- puissant, avez décidé qu’ils ne sortiront de là que morts. Mais le mal que vous, Général Contre-amiral maréchal, faites à certains innocents du haut de votre estrade d’intouchable, risque toujours retomber sur vos enfants, neveux de la famille Mvog Fouda. Comme le disent les Saintes écritures I Rois, chapitre 12, verset 2: 《 si mon père vous a imposé un joug pesant, j’y ajouterai encore. S’il vous a châtié avec des fouets, je vous châtierai, moi, avec des scorpions 》.

J. RÉMY NGONO
Voici en galerie, les photos de la torture infligée par le conseiller spécial du chef de l’État

Commentaires

Articles Similaires