Accusé levez-vous Afrique

L’ARMÉE CAMEROUNAISE TUE LES ANGLOPHONES AVEC UN POISON CHIMIQUE ET INCINÈRE LES CORPS

Scènes d’horreur, images stupéfiantes d’une barbarie indescriptible. Sur la première photo, une trentaine de cadavres de jeunes gens gisant par terre. Sur la deuxième, des corps brûlés , réduits en cendres. Selon des témoignages concordants, c’est l’oeuvre de l’armée camerounaise. La scène se s’est déroulée à  Bali, une localité où les soldats camerounais viennent de publier des selfies au milieu des tas de cadavres, dans la région du Nord-ouest où la guerre a atteint son paroxysme .

Après avoir abattu  ces jeunes soupçonnés d’être des combattant ambazoniens, les soldats de l’armée camerounaise ont pris la décision d’ incinérer  les cadavres dans le but de dissimuler plusieurs preuves. Pas de trous de balles sur les cadavres. L’armée camerounaise aurait utilisé des  armes chimiques neurotoxiques, notamment le gaz sarin. Incolore, c’est un poison plus puissant que le cyanure, qui tue en moins de dix minutes, et qui a parfois été utilisé lors des attentats.

À plusieurs reprises, l’armée camerounaise a été accusé d’exactions, d’exécutions sommaires et d’utilisation d’armes non conventionnelles par plusieurs ONG et la communauté internationale. On se souvient de l’exécution odieuse de deux mamans dont une portant son bébé au dos, et l’autre traînant un enfant à la main.

Après avoir nié qu’il ne s’agissait pas des éléments de l’armée camerounaise, deux militaires ont été identifiés comme Caporal Barnabas Donossou Gorvo et Tchotcho Cyriaque Bityala. Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma ,  et le colonel Didier Bandjeck, patron de la communication de l’armée, qui juraient qu’il s’agissait de Fake News, avaient retourné leur langue pour affirmer que les coupables avaient été mis aux arrêts pour être présentés devant le Tribunal militaire.

Les deux individus sont des forces terroristes de l’Armée de l’Air du Cameroun qui ont terrorisé la région du nord avec une escouade de complices sous les ordres des hauts gradés de l’armée et du ministre de la Défense Joseph Beti Assomo. Jusqu’à présent, aucun n’a été condamné ou même jugé. Personne ne sait s’ils se trouvent même en prison.

L’armée camerounaise continue donc à   tuer au hasard, en toute  impunité, se filmer avec des corps tels des vampires . Maintenant, elle se permet d’utiliser des armes chimiques jusqu’à inciner les corps. Il faudrait bien une commission d’enquête indépendante pour déterminer cette arme qui tue sans transpercer les corps. Et s’il est confirmé qu’elle est de nature chimique, il faudrait évacuer toutes les populations de ces zones car, un seul kilogramme de sarin peut tuer un million de personnes.

 

Commentaires

Articles Similaires