Accusé levez-vous Afrique Amérique

BUHARI DEMANDE À TRUMP DE REMBOURSER LES 500 MILLIONS DE DOLLARS DÉTOURNÉS AU NIGÉRIA

Le Président nigérian, Muhammadu Buhari ne s’est pas rendu à Washington aux Etats Unis d’Amérique (USA) pour regarder  les beaux  yeux et admirer les cheveux blonds de Donald Trump .

En résumant  leur entrevue à la presse, Buhari a déclaré avoir évoqué avec Trump des sujets  de grande importance portant sur la lutte contre le terrorisme,  la Commission bi-nationale (BNC), l’Accord-cadre sur le commerce et l’investissement,  la loi sur la croissance et les opportunités et surtout le rapatriement de la somme de 500 millions de dollars détournés au Nigeria et entassés dans les banques de l’Oncle Sam.

Sur le  point crucial de leur discussion, Buhari a remercié le gouvernement américain pour la coopération entre leur deux pays dans le cadre de la récupération des fonds détournés au Nigeria. A ce propos, Buhari a révélé  que « nos deux gouvernements ont mis en place les mécanismes permettant à leurs procureurs généraux respectifs de collaborer pour assurer le rapatriement au Nigeria de plus de 500 millions de dollars américains disséminés dans des banques du monde ».

Pris à contre-pied par cette carte sortie par le Président nigérian , le Président américain, Donald Trump, a dévié le côté financier devant la presse et s’est contenté de déclarer que son pays renforcera les bonnes relations qu’il entretient avec le Nigeria, en particulier les droits de l’homme et sur la façon de lutter contre le terrorisme.

En fin 2017, le Nigeria avait déjà obtenu après négociations avec les autorités suisses, le rapatriement de la somme de 321 millions de dollars détournés par l’ex président Sani Abacha. Bien avant celà, Buhari avait réussi à récupérer 85 millions de dollars détournés et logés dans les comptes au Royaume-Uni.

Buhari n’est arrivé au pouvoir qu’en 2015 au Nigeria, et on voit les vrais résultats de son programme de lutte contre la corruption et les sommes récupérées pour revitaliser les comptes de l’État. Pendant ce temps, en Afrique francophone, on ne fait que mettre ministres et directeurs généraux en prison pour aller se reposer aux frais de l’État. Et quand ils vont en France, c’est pour aller négocier la prolongation de leurs mandats

Kabitounou.

Commentaires

Articles Similaires