Accusé levez-vous Afrique Monde Politique

BARACK OBAMA SE SERT DE MANDELA POUR FUSTIGER LES PRÉSIDENTS D’AFRIQUE FRANCOPHONE

Du discours de Barack Obama en Afrique du Sud, on a surtout fait mousser l’allusion faite à la victoire de l’équipe de France en coupe du monde. Cependant, le discours de Barack Obama était surtout  un cours politique aux dirigeants d’Afrique francophone qui continuent à multiplier les mandats,  pour s’éterniser au pouvoir sous prétexte qu’ils répondent à l’appel et sont démocratiquement élus par  leur peuple.

“Madiba nous rappelle que la démocratie ne se limite pas à des élections.
Quand il a été libéré de prison, la popularité de Madiba – vous ne pourriez même pas la mesurer…Il aurait pu être président à vie. Ai-je tort? (Rires dans la salle) Qui allait se présenter contre lui? (Rires dans la salle)… S’il l’avait choisi, Madiba aurait pu gouverner par décret exécutif, sans s’embarasser de l’équilibre des pouvoirs” , commence l’ancien chef d’État américain.

Alors que la mode en Afrique francophone est de modifier la constitution et la tailler sur mesure pour les éternels dictateurs, Obama brandit l’exemple de Mandela qui a plutonium doté l’Afrique du Sud d’institutions fortes. “Il a aidé l’Afrique du Sud à rédiger une nouvelle Constitution, s’inspirant de toutes les pratiques institutionnelles et des idéaux démocratiques les plus solides, conscient du fait qu’aucun individu ne détient le monopole de la sagesse. Aucun individu – pas Mandela, pas Obama – n’est entièrement immunisé contre les influences corruptrices du pouvoir absolu, lorsque vous pouvez faire ce que vous voulez et que tout le monde a peur de vous dire que vous faites une erreur! Personne n’est à l’abri des dangers de cela”, analyse l’ancien locataire de la Maison Blanche.

“Mandela a déclaré: La démocratie repose sur le principe de la majorité, en particulier dans un pays comme le nôtre où la grande majorité a systématiquement été privée de ses droits, tout en préservant les droits des minorités politiques et autres.  Il a compris qu’il ne s’agit pas seulement de savoir qui a le plus de votes. C’est aussi la culture civique que nous construisons qui fait fonctionner la démocratie.
Nous devons donc cesser de prétendre que les pays qui tiennent une élection où quelquefois le gagnant remporte quelque chose comme 90% des voix, parce que toute l’opposition est embrigadée ou ne peut pas passer à la télévision, sont des démocraties. La démocratie dépend d’institutions fortes et de droits, et de freins et contrepoids, de liberté de discours et de liberté d’expression, de liberté de la presse, du droit de protester et de pétitionner le gouvernement, d’un pouvoir judiciaire indépendant et de la loi”, rappelle  Barack Obama.

Et pour les autocrates qui se tapent la poitrine qu’ils sont légitimes et indispensables pour leur pays qu’ils doivent diriger jusqu’à la mort à l’instar des chefferies où on obéit sans discuter le trône , Obama leur dit: ” oui, la démocratie peut être désordonnée, et elle peut être lente, et cela peut être frustrant. Je sais. Mais l’efficacité offerte par un autocrate, c’est une fausse promesse. Ne prenez pas celui-là, car cela conduit invariablement à une plus grande consolidation de la richesse au sommet, et cela facilite la dissimulation de la corruption et des abus. Malgré toutes ses imperfections, la démocratie réelle soutient le mieux l’idée que le gouvernement existe pour servir l’individu et non l’inverse. Et c’est la seule forme de gouvernement qui a la possibilité de concrétiser cette idée.”

Commentaires

Articles Similaires